1984 – George Orwell

14624505_1814318445520893_274522524170059776_n

TITRE : 1984

AUTEUR : George Orwell

ÉDITION : Folio

NOTE : 2,5 / 5

 

 

RÉSUMÉ :

« De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait un sur le mur d’en face. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston… Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartir comme un flèche, dans un vol courbe. C’était une patrouille qui venait mettre le feu aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n’avaient pas d’importance. Seule comptait la Police de la Pensée. »

George Orwell dépeint dans le prophétique 1984 un terrifiant monde totalitaire.

 

 

MON AVIS :

Je ne sais pas quoi dire, puisque j’ai l’impression d’être passé par beaucoup d’émotions à l’égard de ce livre.

Premièrement, je l’ai lu parce que je suis convaincue que c’est un livre à lire ! L’un de ceux où il faut prendre sur soit et se forcer à le lire, pour notre culture personnelle d’une part, et pour faire attentions aux dangers du monde, d’autre part.

En le commençant j’étais vraiment enthousiaste ! Le début est franchement pas mal, on nous mets dans l’ambiance de la plus célèbre dystopie, on nous présente l’Océania, Big Brother, et surtout Winston, le personnage que nous allons suivre. Puis, tout doucement, le roman s’essouffle, on perds la dynamique qui nous donnait envie de lire, et les passages deviennent longs, très tongs, trop longs. Je me souviens de passages entièrement descriptifs un peu à la Zola, où 8 pages sont utilisés pour pas grand choses, avec des phrases de 20 lignes. Ces moments-là sont vraiment durs pour moi. J’ai donc décroché dés la première partie, mais je me suis forcée à continuer ma lecture, dans l’espoir qu’une nouvelle dynamique s’installe.

Et c’est ce qu’il s’est passé ! Partie 2, nouvelle dynamique, on est à nouveaux dedans, et on dévore les pages avec joie. Puis nouvelle déceptions au bout de quelques pages seulement. De nouveaux des passages très longs et qui m’ont réellement endormie (vous n’imaginez pas à quel point ce livre est soporifique !). Et ce qui m’a achevée : les extraits du livre de Goldstein. Alors là, je crois que je me suis dit « Je ne finirais jamais ce livre, au secours ! »

Seul joie, la troisième partie qui contient en réalité tout l’intérêt du livre. Je n’aurai pu lire que cette partie là, ça ne m’aurait pas dérangé, et j’aurais même été moins déçue du livre. C’est en plus la seule partie qui garde, dans l’ensemble, une bonne dynamique et qu’on peut lire sans s’endormir.

Une assez grosse déception pour ce livre, mais je suis contente de l’avoir lu. Il est important, d’après moi, de le lire au moins une fois dans sa vie.

 

 

CITATIONS :

LA GUERRE C’EST LA PAIX

[Lire le reste des citations de ce livre …]

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s